Les Naïades

« S’émerveiller, c’est oublier tous les savoirs, tous les systèmes. C’est être là, face au monde, comme au premier jour, comme au premier instant, pur, neuf, nu, et regarder, regarder jusqu’au moment où les apparences basculent »

Eric Sablé « Petit manuel d’émerveillement »

 Pour moi la faculté de s’émerveiller est primordiale. Depuis mes débuts, mon travail photographique s’est orienté vers une recherche de l’étrange et de l’onirique. Mon attrait pour les métamorphoses, les déformations, la magie des alchimies, le mystère et l’onirisme des légendes et des contes m’ont amenée tout naturellement à réaliser des prises de vue dans l’eau, sous l’eau. Etre sous la surface irisée de l’eau m’a conduit vers une autre perception de l’image, derrière l’image. Le regard s’y enfonce pour découvrir un univers aquatique totalement baroque. Rien n’est comme prévu, tout est surprenant, tout jaillit du mouvement et de l’instant : le réel se transforme en imaginaire des abysses. Sous la surface de l’eau se trouvent de somptueuses demeures, de mystérieuses grottes, des cathédrales scintillants. C’est le monde de l’éternel féminin nourri de légendes mais aussi le retour aux origines et le refuge de l’inconscient.

 

Ma vision des naïades

 Créatures hybrides féminines robustes vivant sous l’eau. Elles sont étranges, lutteuses et tenaces, en permanence confrontées aux dangers des fonds marins. Naïades aux formes exubérantes, elles surgissent des flots, sensuelles et fécondes. Ce sont des magiciennes, elles représentent les pouvoirs paranormaux de l’esprit et les capacités prodigieuses de l’imagination. Elles opèrent les plus extraordinaires transformations et en un instant comblent ou déçoivent les désirs les plus fous. Ce sont des messagères de l’autre monde, des sirènes qui guident vers de nouveaux horizons ceux qu’elles croisent sur leur chemin ou s’évanouissent en un instant en ne laissant que le souvenir d’une illusion. Elles sont l’esprit des eaux et la nature profonde des femmes. Créatures hybrides, moitié femmes moitié poissons, de nature instinctive, elles font le lien entre le monde visible et invisible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.